Sagesse de sorcières

photo-veronique

Sagesse de sorcières.

Le mot hormones en grec signifie « exciter ».

Messagers chimiques du corps, ils interviennent à tous les niveaux,

impactant esprit et humeurs, assurant les équilibres internes de l’organisme, tout l’en adaptant en permanence au milieu extérieur.

Puberté, menstruations, contraception, grossesse, accouchement, allaitement, transition hormonale sont autant de périodes charnières dans

la vie d’une femme, pouvant occasionner des bouleversements.

Pour bien vivre toutes ces étapes, il est précieux de connaître son corps et son histoire. Toutefois, au XVe et XVIe siècles, les premières femmes disposant de

connaissances en phytothérapie et de savoirs gynécologiques étaient considérées comme des sorcières ! En effet, elles contrariaient la

suprématie religieuse et médicale dite « moderne » par leurs

interventions.

Ainsi, la perception du fonctionnement de la femme a d’abord été pensée par… des hommes ; la validation des liens entre hormones et fluctuations

physiques et psychiques n’aura ainsi été étudiée et transmises que tardivement

En Nouvelle Lune – Hivers: phase de menstrues, la Sorcière se sent bien dans sa grotte, à l’abri. Avec la perte de sang, l’énergie est basse, le cerveau

perd en capacité de raisonnement, de mémoire. La période est propice à la méditation, au rêve, à l’isolement volontaire.

En Lune croissante – Printemps:phase de pré-ovulation, la Princesse se réveille et la reconstruction est lancée. Avec elle, un élan dynamique nouveau, une envie d’action, de retour à la sociabilité, de porter des objectifs, avec optimisme et assurance.

En Pleine Lune – Eté :La Mère, avec l’ovulation, ressent intensément l’émotion. A l’ordre du jour : tendresse, patience, empathie. La confiance est

renforcée.

En Lune décroissante – Automne :l’Alcine entre en pré-menstruation, l’énergie décline, la concentration est plus difficile, les humeurs basculent

avec le mouvement du taux des hormones. Sensibilité à fleur de peau et impatience sont au menu.

Les hormones influent sur la libido car les variations de taux d’œstrogènes et de progestérone ont un effet sur d’autres hormones telles que la dopamine (induisant l’impulsion, le désir, la joie), la sérotonine (en lien avec le niveau d’anxiété)…

L’alimentation, le mode de vie, les faits marquants, qu’ils soient joyeux ou traumatisants, le sport de compétition impactent les lunes, ponctuellement

ou à long terme.

Pour chaque période, des solutions naturelles variées permettent à chacune de mieux vivre les étapes hormonales.

La phytothérapie, l’aromathérapie, l’olfactologie, la pharmacopée asiatique, les médecines alternatives, le yoga, la sophrologie, le choix est vaste pour

s’adapter à toutes les affinités !

En jouant avec les mots : ménopause = Mé eaux posent… L’eau se repose, se calme, à l’automne de la vie d’une femme.

Une vigilance sera portée, pendant cette période, sur la stabilité émotionnelle, l’équilibre du microbiote vaginal, sur la santé osseuse, l’hydratation des

muqueuses, la vitalité des cheveux.

Quoi qu’il en soit, la posture, l’acte le plus contribuant est d’accueillir la richesse des mouvements en soi, d’accepter d’être différente selon l’étape

de son cycle et de s’accompagner par des voies naturelles, pour s’assurer le plus de fluidité possible au fil des décennies.

En tant que Femme, osons affirmer notre multitude.

Véronique Briqué

Accompagnante & Instructrice

0692 766 815

Site internet :https://association-eyce.business.site/?m=true

EYCE Art & Santé

LINKEDIN